Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 janvier 2011 6 29 /01 /janvier /2011 20:26

 Je continue ma rubrique hebdomadaire en vous recommandant vivement les émissions de la Fabrique de l'Histoire consacrées à l'histoire de l'hôpital.

 

Je vous parlais la semaine dernière de l'entretien d'E. LAURENTIN avec C. EVIN (ici)

 

Je vous recommande à présent l'émission du 7 décembre consacrée une expérience originale menée à Ainay Le Château. Il s'agit d'un petit village de l'ALLIER où a été tentée jusque dans les années 70 une expérience originale du traitement de la psychiatrie. 

 

Il s'agissait de placer des malades psychiatriques dans des familles d'accueil appelées "nourrices". Celles-ci recevaient deux ou trois pensionnaires contre rétribution.

 

Les pensionnaires aidaient les familles dans les travaux des champs. 

 

Le reportage est fait d'interviews des médecins psychiatres et villageois et de la lecture du petit journal rédigé par les pensionnaires. Au travers de ces témoignages, on discerne avec subtilité les discriminations latentes dont ces derniers faisaient l'objet : cafés réservés, lieux d'hébergement dépourvus du confort minimum.

On y comprend que la population a été confrontée sans préparation à ces troubles psychiatriques. C'est donc un savoir transmis de famille en famille, de génération en génération qui s'est progressivement formé, plein de caricatures, de croyances. Le documentaire montre alors que ces préjugés, ces peurs ont été surmontés en raison de l'intérêt économique des pensionnaires. Les familles d'accueil étaient en effet rémunérés et les pensionnaires aidaient leurs hôtes qui percevaient donc une double rémunération. 

 

Les médecins interviewés soulignent les résultats positifs de cette expérience. Certains pensionnaires sont restés 20 ans dans leur famille, ce qui montre qu'ils y étaient bien traités et que cette structure leur avait donné un équilibre. 

 

Fermée dans les années 70, la structure d'Ainay Le Chateau me semble très intéressante à une époque où la médecine psychiatrique rencontre de graves difficultés en raison notamment de la fermeture de nombreux lits et où la psychiatrie engendre de nombreuses peurs et est quasiment toujours vue sous l'angle de l'internement psychiatrique. 


Ainay Le Chateau montre au contraire l'importance de l'insertion sociale de ces patients dans la société. Il est dommage que le reportage ne précise pas la pathologie exacte dont souffraient ces patients. Sélectionnaient on les patients en fonction de leur pathologie ? 

Il n'est pas non plus indiqué s'il existait un turn over important ou si au contraire on parvenait à équilibrer sur la durée un nombre important de patient.

En revanche, la question de la dangerosité est rapidement évacuée. La mémoire du village ne recense qu'un meurtre : celui d'un patron a commis sur un de ses pensionnaires qui souhaitaient faire grêve dans les années du Front Populaire. 

 

 Autre émission à recommander sur le même thème : l'émission du 9 décembre 2010

 

Ce débat permet de retracer l'histoire de l'hôpital du temps des hospices où on y accueillait pauvres et vieillards sur la longue durée à l'hôpital moderne tourné vers des soins de pointe et où la durée de séjour a drastiquement diminué. 

 

On voit se dessiner au cours du 19e siècle le principe d'un hôpital ouvert à tous, la construction de nouveaux établissements proches des quartiers ouvriers, la mise en place d'une formation pratique des médecins qui débouchera sur la création d'un internat. Apparaît à cet égard la distinction entre soins publics et soins privés puisqu'il est décidé que la formation des jeunes médecins à l'hôpital public a pour contrepartie l'autorisation de se constituer une clientèle privée. La clinique privée apparaît également parce que le service hôtelier de l'hôpital public ne convient pas aux classes les plus aisées de la population. 

 

Reste encore largement ouverte la question de l'histoire de l'hôpital au XXe siècle qui, on l'espère, fera l'objet de podcasts ultérieurs. 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires